L’avènement du CoFarming ! Ou la révolution des agriculteurs par les agriculteurs

Mercredi dernier nous étions invitées à participer à une table ronde sur le Co-Farming au SIMA (pas THE Salon de l’agriculture, l’autre, pour les pros, qui a lieu en même temps à Villepinte).

Alors, nous direz-vous, le Co-Farming, quesako ?

« Co » pour collaboratif et « Farming » pour agriculture, le CoFarming c’est l’économie collaborative appliquée au monde agricole. L’économie collaborative pourrait se définir comme une nouvelle organisation des échanges, qui se passe d’intermédiaire. Il s’agit de mutualiser directement les biens, services et savoirs entre individus. Cette nouvelle organisation, plus horizontale, bouscule les différents secteurs de la société partout dans le monde en redonnant du pouvoir aux citoyens : AirBnB pour le secteur hôtelier, BlaBlaCar pour le transport des personnes, etc. vous avez compris l’idée.
En gros c’est une économie née de la crise et de la débrouillardise des gens qui décident de gérer leurs échanges eux-mêmes.

Pourquoi le secteur de l’agriculture en serait-il privé ?

En réalité, la collaboration en agriculture, ce n’est pas nouveau… Les agriculteurs collaborent entre eux depuis toujours, à l’aide notamment des différentes formes de groupement possibles (CUMA, Coop etc.) qui leur permettent de vendre, transformer, acheter etc. en commun.
Oui mais. Les plateformes internet sur lesquelles s’appuie cette nouvelle économie collaborative permettent une plus grande liberté et plus d’opportunités d’échanges : on mutualise ce qu’on veut, quand on veut et avec qui on veut. Et ce « qui on veut » comprend beaucoup plus de personnes.
Bref, du coup on n’était pas peu fières de venir participer à la première table ronde sur ce sujet en France (et peut-être dans le monde car en réalité le CoFarming est encore embryonnaire dans les autres pays, même si on voit apparaître des sites de partage de matériel agricole ça et .

Notre idée à nous, c’est d’aider les producteurs à se regrouper pour leurs livraisons, de la même façon que les consommateurs sont en train de se regrouper un peu partout pour passer leurs commandes (Ruche Qui Dit Oui, Amap, Paniers, magasins de produits locaux etc.). Sur La Charrette, les producteurs proposent et trouvent des trajets de livraisons à venir. Par le partage de ces informations il devient facile d’optimiser les livraisons partout en France. Les producteurs y gagnent du temps et de l’argent et les circuits courts deviennent fluides, écologiques et structurés.

Pour La Charrette, le secteur de l’agriculture se prête particulièrement à cette nouvelle forme de collaboration car il est en crise et que les nombreux producteurs qui se tournent (ou ont toujours été tournés) vers une agriculture raisonnée et les circuits courts sont souvent peu accompagnés (Allo l’Europe, il y a quelqu’un ? La France ? non plus ?). Et c’est surtout vrai quand il s’agit d’optimisation LOGISTIQUE (le gros mot !). Pour en savoir plus sur notre idée qu’elle est bonne, lire cet article).

Alors qu’est-ce qu’on s’est dit autour de cette table ronde ?

Il faut tout de même le noter, on était plutôt bien accompagnées. Autour de nous il y avait WefarmUp (à l’initiative de la table ronde) qui mène la danse de l’échange de matériel agricole, La BalleRonde pour l’échange de fourrage, AgriFind pour l’expertise, Farmleap sur l’échange de données de pilotage et EchangeParcelle qui troque les terres agricoles.

Autant le dire tout de suite, on était les seules femmes fondatrices, et aussi les seules à ne pas venir du monde de l’agriculture. Mais ce qu’on pensait être un handicap (pas d’être des femmes hein, d’être des consommatrices et pas des productrices) s’est révélé un atout. En effet, après quelques échanges autour de la révolution que peut (que va !) apporter le collaboratif dans l’agriculture (fini le matériel laissé à l’abandon la moitié de l’année, plus de trajets à moitié vides, un meilleur partage de ce que les uns et les autres savent ou font pour un monde agricole meilleur et plus efficace!), la conclusion a été brillamment apportée par Jacques Collin, investisseur de la première heure de Meetic et vice-Président de Paris Business Angels (autant dire que des innovations, il en a vues).
Jacques Collin et son charisme XXL prennent la parole à la fin de la table ronde et tout ce qu’on a entendu, nous, c’est qu’il était particulièrement enthousiaste à l’idée que des individus extérieurs au secteur de l’agriculture se penchent sur ce secteur. Et Paf ! Et quand on croyait qu’on avait atteint le maximum en termes de boost, nous n’avions rien vu car il est venu nous voir à la fin de la conférence pour nous dire ces mots qui raisonnent encore dans nos cœurs d’entrepreneuses : « vous ! Surtout, continuez ! C’est quand les consommateurs vont s’en mêler que tout va changer » (ou un truc dans ce style).

Si on vous raconte tout ça ici ce n’est pas que par fierté, mais pour vous motiver à rejoindre La Charrette. Pour vous dire que si vous produisez de bons produits vous êtes dans le vrai, et que la révolution des consommateurs gronde. Nous sommes parties de ce nouveau besoin des consommateurs partout en France de manger mieux et local. Quand nous avons réalisé à quel point c’était contraignant (coût, délai de livraison, fluidité d’approvisionnement) nous avons cherché à savoir pourquoi et sommes vite tombées sur le principal problème des circuits courts : la livraison. La Charrette veut être la communauté des producteurs qui trouvent des solutions à ce problème de livraisons qui aujourd’hui prennent trop de temps et d’argent et freinent le développement massif des circuits courts.

On raconte aussi cet événement car Jacques-a-dit : « votre atout en étant extérieures au secteur, c’est de ne pas avoir honte de poser toutes les questions ». On en profite donc pour remercier tous les producteurs qui nous répondent chaque jour au téléphone et acceptent de donner leur avis et leurs commentaires sur La Charrette.

Vous l’avez compris, suite à ce lancement du CoFarming, on est remontées à bloc, et on espère que vous aussi, et que vous rejoindrez bientôt la communauté de La Charrette pour innover avec nous sur le transport en circuits courts !

Allez, on vous attend, à tout à l’heure,

L’équipe de la Charrette

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *